Albert DUPUIS, La Danseuse et Alexandre, huile sur cuivre, 1968

Prix de vente : 1200,00 €

Comment acheter en ligne ?

Une question avant d’acquérir cette oeuvre ? Contactez-nous !

Description de l’oeuvre

Un magma abstrait de lumière dorée surgit de cette composition d’huile sur plaque de cuivre. Les matières précieuses d’un bleu-vert profond épousent les ciselures créées par la morsure de l’acide et, laissant place au pur hasard, dessinent les formes figuratives de la danseuse et d’Alexandre chevauchant Bucéphale.

La technique de découpage des figures est proche de celle de Max Ernst et donne le tour merveilleux et surréaliste à l’ensemble. La palette est totalement maîtrisée et laisse l’œil toujours trompé par l’imitation de la pierre veinée, de l’agathe, des émaux et de l’or. On retrouve dans cette œuvre tout l’esprit du surréalisme belge : si la composition naît du hasard, la physionomie vibrante et le visage souriant de la danseuse rappelle les personnages d’Ensor et la position de ce corps de derviche extatique rappelle inévitablement la Vierge Folle de Rik Wouters.

Cette œuvre précieuse est une pièce rare et exemplaire de la créativité des écoles belges au tournant des années 60/70.

L’œuvre est signée en bas à gauche du pseudonyme de Dupuis « Pricope 1968 ». Au dos le cachet du peintre et une étiquette d’exposition donnant le titre de l’œuvre.

Technique : huile sur cuivre.

Dimensions : 38 cm par 57 cm.

La plaque de cuivre est montée sur un panneau de bois.

Biographie d’Albert Dupuis

On sait peut de chose de cet artiste belge qui eut cependant l’insigne honneur de voir deux rétrospectives de son œuvre consacrées par le prestigieux Musée Charlier de Bruxelles en 1970 et 1979. D’autres expositions personnelles se tinrent à Stuttgart, Hanovre, Nuremberg, Anvers, Zurich, Paris.

Il est né à Haine-Saint-Pierre (Belgique) en 1923 et s’est éteint en 2003. Il fit des études de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles et parallèlement se forma artistiquement à l’Académie des Beaux-Arts de la même ville. Il fut l’élève de G. De Vlamynck de 1952 à 1954 et fut proche du peintre Closon. Quelques catalogues de vente, et le Dictionnaire des peintres belges(1), le citent comme peintre symbolique et ésotérique comme écrivain et poète. Il travailla comme conseiller d’André Malraux en France. Il se consacre exclusivement à la peinture à partir de 1968. Jusqu’en 1971, il signe ses œuvres de son pseudonyme : Pricope. Il réalise notamment le triptyque « L’Europe entre deux mondes » pour le hall d’entrée de l’hôtel Sheraton à Bruxelles et un triptyque pour le centre Lennox à Louvain-la-Neuve.

(1) http://balat.kikirpa.be/peintres/