Ilona FISZL, abstraction, pastel et craie de couleur, vers 1940

Vendu

Comment acheter en ligne ?

Une question avant d’acquérir cette oeuvre ? Contactez-nous !

Présentation de l’oeuvre

Au XXème siècle, d’une guerre à l’autre, l’Europe centrale et orientale fut le terrain de nombreuses écoles picturales à l’originalité propre et, malgré les conflits et l’isolement au-delà du Rideau de fer, fut en contact avec l’Occident et la création moderne puis contemporaine.

L’œuvre présentée ici, mêle une large influence du cubisme avec un propos presque totalement abstrait. On ne saurait dire à première vue de quel horizon culturel et géographique elle provient, même si un rien d’expressionisme nous mène souvent dans la direction de l’Est. La signature même accentue le mystère quand la peintre a conservé son patronyme, très certainement hérité des Saxons hongrois, et francisé son prénom (Hélène pour Ilona). La technique, la composition et la palette de couleurs et de textures sont pourtant très personnelles. Si la tonalité de l’ensemble est dominée par le noir anthracite et soyeux du pastel, les couleurs plus vives donnent l’éclat à l’assemblage de masses auxquelles l’artiste a donné avec habileté une variété de textures en trompe l’œil.

Dimensions : 40cm X 30cm

Technique : pastel et craie de couleur sur papier, l’œuvre est présentée encadrée.

Biographie d’Ilona Fiszl

Ilona Fiszl est née en Hongrie à Pestszenterzsébet (un quartier de la métropole de Budapest) en 1908.  Elle fut l’épouse de Jôzsa Sandor[1] (dont le nom fut francisé plus tard en Alexandre Jôzsa) peintre également, dont la notoriété dépasse peut-être celle de sa femme. En 1936, Hélène Fiszl est arrêtée en Hongrie pour les activités politiques jugées illégales de son mari. Après s’être évadé de prison en 1938, le couple se réfugie à Paris, et s’y établit définitivement. De nombreuses expositions personnelles et de groupe se sont tenues en France, diffusant ainsi son œuvre. En 1982, le gouvernement hongrois fait participer Hélène Fiszl à une exposition des artistes hongrois de l’étranger, puis l’année suivante, une exposition Fiszl – Jôzsa est organisée par le très officiel Musée des travailleurs hongrois. Le Musée des Beaux-Arts de Budapest et celui de Szombathely conservent ses œuvres. Hélène Fiszl s’est éteinte en 1993, dans sa résidence près de Paris.


[1] http://artportal.hu/lexikon/muveszek/jozsa-sandor-4932